Régie du bâtiment du Québec.

Vous êtes ici :

Salle de presse

Transcription de la vidéo - Prise d’échantillon d’eau dans une installation de tours de refroidissement

Été 2012 : une éclosion de légionellose survient dans la ville de Québec. Plusieurs personnes décèdent des suites de cette forme de pneumonie sévère. La source de cette éclosion : une installation de tours de refroidissement à l’eau contaminée par la bactérie Legionella pneumophila.

Projetée par les ventilateurs, l’eau qui circule dans ces installations se retrouve dans l’air ambiant sous forme de fines gouttelettes. Si cette eau est contaminée par la bactérie, les personnes qui circulent à proximité sont susceptibles de les respirer et d’être infectées.

Afin de limiter ce risque, la Régie du bâtiment du Québec a implanté un premier règlement en mai 2013, puis un second en juillet 2014.

Nous avons implanté rapidement une première phase réglementaire qui oblige les propriétaires de tours de refroidissement à se doter d’un programme d’entretien, d’un registre, et à transmettre à la RBQ des renseignements sur leurs installations.

À l’été 2014, une deuxième phase du règlement est entrée en vigueur. Les propriétaires doivent désormais faire analyser l’eau de leurs installations pour déterminer la concentration de légionelles. Un prélèvement doit être effectué au démarrage de l’installation, à tous les 30 jours pendant la période de service ainsi qu’à la suite d'une décontamination.

Pour réaliser les analyses, le préleveur doit faire affaire avec un laboratoire accrédité par le Centre d’expertise en analyse environnementale du Québec. Le laboratoire fournira notamment le contenant nécessaire au prélèvement. En plus d’être stérile, celui-ci inclut un agent de conservation.

Avant toute chose, il est essentiel d’assurer la sécurité de la personne chargée de prélever cet échantillon.

Le préleveur doit donc obligatoirement :

  • porter des lunettes antiéclaboussures;
  • porter des gants en latex ou en nitrile neufs et jetables. Les gants doivent être remplacés si plusieurs échantillons sont effectués.

Il doit également porter un demi-masque neuf et jetable ayant une efficacité de filtration minimale de N95.

Il doit également être accompagné d’au moins une personne capable de faire fonctionner l’installation.

Une fois ces précautions mises en place, le préleveur est prêt pour la prise d’échantillon. Celle-ci peut être effectuée selon l’une des 2 méthodes prescrites par le Protocole d’échantillonnage de l’eau du circuit des tours de refroidissement pour la recherche des légionelles du Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec.

Peu importe la méthode choisie, il doit être effectué au moment opportun, soit au moins 48 heures après le dernier traitement de l’eau.

Si des produits de traitement sont ajoutés à une fréquence de moins de 48 heures, l’échantillon doit être prélevé tout juste avant le prochain ajout de produits traitants. Si le traitement de l’eau est en continu, l’échantillonnage peut être fait à tout moment.

PRISE D’ÉCHANTILLON : 1re MÉTHODE

La première méthode consiste à prendre l’échantillon d’eau directement dans le bassin de la tour.

Avec la main ou à l’aide d’une perche si le bassin est difficile à atteindre, le préleveur immerge le contenant dans l’eau. Il doit être placé dans un angle de 45° par rapport à la verticale afin de laisser une ouverture à la surface. Le préleveur procède à son remplissage en prenant soin de laisser un vide d’au moins 2,5 cm dans le haut.

Il est primordial de s’assurer que l’agent de conservation n’est pas renversé durant cette opération. Il est également important qu’aucun dépôt du fond du bassin ne soit récupéré.

Voyons maintenant la 2e méthode de prise d’échantillon.

PRISE D’ÉCHANTILLON : 2e MÉTHODE

La deuxième méthode consiste à prendre l’échantillon à partir d’une valve. Bien sûr, les mêmes consignes de sécurité doivent être respectées. Il est primordial que l’échantillon soit pris à un point du circuit représentatif de l’eau contenue dans l’installation. Ce point doit préalablement être établi par les professionnels responsables de l’élaboration du programme d’entretien et identifié sur l’installation.

Avant de prélever l’échantillon, l’eau doit s’écouler pendant au moins 30 secondes afin que l’eau stagnante soit purgée et que les conduits soient rincés.

Sans toucher la valve, le contenant est ensuite rempli en prenant soin d’y laisser un espace vide d’au moins 2,5 cm dans le haut. Il est important de ne pas renverser l’agent de conservation du contenant.

À la suite du prélèvement, l’échantillon est refermé, essuyé et identifié. L’échantillon doit être ensuite placé dans une boîte rigide, accompagné du formulaire demande d’analyse.

Pour les protéger des chocs, il est souhaitable de l’immobiliser avec du matériel de remplissage. Du ruban adhésif, ou un autre moyen, devrait également être utilisé pour garder la boîte de transport fermée jusqu’à son arrivée au laboratoire.

L’échantillon doit être transporté à la température ambiante, sans être refroidi. Celui-ci doit être apporté au laboratoire dans le délai le plus court possible et ne dépassant pas 48 heures.

Nous vous invitons à consulter le protocole du Centre d’expertise en analyse environnementale du Québec en visitant le site Web de la Régie du bâtiment. Vous obtiendrez également plus d’informations sur les installations de tours de refroidissement à l’eau à cette adresse. 

Portail du gouvernement du Québec (ce site est externe au site de la RBQ).Ce lien quitte le site de la Régie du bâtiment du Québec
© Gouvernement du Québec 2017Ce lien quitte le site de la Régie du bâtiment du Québec