Régie du bâtiment du Québec.

Vous êtes ici :

Plomberie

Partager sur:

Installer et vérifier un dispositif antirefoulement, c’est obligatoire

Bâtiments exclus

Les bâtiments existants totalement résidentiels de moins de 9 logements ou de moins de 3 étages sont exclus de ces obligations.

La Régie du bâtiment du Québec (RBQ) rappelle aux propriétaires de bâtiment qu’ils ont l’obligation de protéger le réseau d’eau potable contre la contamination en installant un dispositif antirefoulement (DAr) et en le faisant vérifier chaque année.

Comment pouvez-vous protéger le réseau d’eau potable de votre bâtiment et celui de votre municipalité ?

Attention

Si vous ne respectez pas la réglementation, vous êtes passible de poursuite pénale.

En installant des DArs à tous les endroits où il y a un risque de contamination et à l’entrée d’eau de votre bâtiment. Il est aussi important de faire vérifier annuellement les DArs installés par un vérificateur certifié.

Trouvez un vérificateur certifié grâce au Registre provincial des vérificateurs de DArsCe lien quitte le site de la Régie du bâtiment du Québec. du site Web de Réseau Environnement.

Si vous ne respectez pas la réglementation, vous êtes passible de poursuite pénale. Vous pourriez aussi être tenu responsable des conséquences d’une contamination du réseau d’eau potable et donc, entre autres, des frais encourus pour cette décontamination.

Qu’est-ce qu’un dispositif antirefoulement ?

Il s’agit d’un dispositif mécanique constitué de deux clapets et destiné à protéger le réseau d’alimentation en eau potable. Un clapet de retenue n’est pas un DAr.

Pourquoi un dispositif antirefoulement est-il nécessaire ?

Une installation inadéquate dans un bâtiment peut causer la contamination d’un puits ou d’un réseau municipal d’eau potable. La contamination se produit lorsque l’eau potable entre en contact avec une source potentiellement polluante. S’il est prouvé que cette contamination provient d’un bâtiment, son propriétaire peut être poursuivi au criminel et il devra payer les coûts de nettoyage du réseau.

Exemples de contamination :

Drummondville

Le réseau d’aqueduc est contaminé par du chélate de zinc provenant d’une usine de production de suppléments pour animaux.

Princeville

Des employés d’une entreprise de moulage de métal sont pris de maux de ventre causés par la contamination du système d’eau potable de l’usine.

Montréal

35 litres d’un mélange de silicone et d’assouplissant sont poussés dans le réseau d’eau potable d’un bâtiment.

Arundel

L’eau du réseau de chauffage est siphonnée dans le réseau d’eau potable d’une école primaire.

Sherbrooke

De la résine d’un système de traitement d’eau est siphonnée dans le réseau d’eau chaude d’un centre hospitalier.

Numéro spécial du magazine Inter-mécanique du bâtiment (IMB)

Dans le but de sensibiliser l'ensemble des intervenants en plomberie à la protection des réseaux d'eau potable et aux DArs, la RBQ a participé à la réalisation d’un numéro spécial du magazine Inter-mécanique du bâtiment (IMB), publié par la Corporation des maîtres mécaniciens en tuyauterie du Québec (CMMTQ) : Magazine Inter-mécanique du bâtiment, 2e édition, revue et augmentée – Mai 2009 Ce lien quitte le site de la Régie du bâtiment du Québec.

On trouve dans cette publication un aperçu de l'historique et des exigences techniques et juridiques de la norme CSA B64.10, qui réglemente la protection des réseaux d'eau potable contre les raccordements croisés et les risques de contamination. Ce document est un outil important pour tous les intervenants du domaine de la plomberie.

Haut de page

Donnez-nous vos commentaires...

Le champ précédé d'un astérisque ( * ) doit être rempli.
*Les informations présentées dans cette page sont :

Portail du gouvernement du Québec (ce site est externe au site de la RBQ).Ce lien quitte le site de la Régie du bâtiment du Québec
© Gouvernement du Québec 2017Ce lien quitte le site de la Régie du bâtiment du Québec