Régie du bâtiment du Québec.

Vous êtes ici :

  • Accueil
  • Mise à la terre d’embases pour compteur avec disjoncteur combiné

Électricité

Mise à la terre d’embases pour compteur avec disjoncteur combiné

Depuis près de 5 ans, le chapitre V, Électricité, du Code de construction du Québec (Code) permet d’utiliser, sous certaines conditions, une embase pour compteur avec disjoncteur combiné. Or, l’utilisation d’une telle embase a pour effet de transformer l’embase régulière (prévue uniquement pour répondre au besoin de mesurage du distributeur d’électricité) en un «coffret de branchement» selon la définition du Code.

Rappel

Sans entrer dans les détails de tout ce qui a été écrit sur ces nouvelles dispositions du Code au sujet de ces embases avec disjoncteur combiné, il semble essentiel de revenir sur la nécessité d’effectuer la mise à la terre (MALT) directement dans ces embases.

En effet, selon les articles 10-106 et 10-204 du Code, la MALT doit se faire dans le coffret de branchement et il ne doit pas y avoir d’autre lien ailleurs avec la prise de terre. Cette exigence de MALT de l’alimentation électrique est cruciale, car elle peut éviter bien des surprises, et même des accidents regrettables. Cependant, ce n’est pas la seule particularité à considérer. En effet, s’il existe plus d’un endroit où la MALT est faite, tout conducteur en aval du premier endroit où la MALT est faite devient généralement un chemin secondaire au courant de neutre. Ce conducteur peut même utiliser le circuit de continuité de masse (CDM) comme circuit de retour de courant si l’on omet de retirer le lien entre le neutre et la CDM en aval.

Pour illustrer ce fait, nous montrons d’abord à la figure 1 une installation conforme.

Figure 1.
Figure 1: MALT conforme (au coffret de branchement)

Cette figure démontre une situation conforme au Code. On remarque que le circuit de CDM est distinct et peut porter les courants de défaut, pour l’opération éventuelle de la protection.

Par contre, si le neutre est mis à la terre en aval (plus loin) dans l’installation, il en résulte une situation préoccupante, et ce, peu importe où la MALT sera réalisée. Ainsi, la figure 2 présente le cas où la MALT est faite seulement au coffret de branchement (une seule prise de terre comme il se doit), mais où on a malheureusement relié le conducteur neutre à la CDM dans le panneau de distribution d’un logement en omettant de retirer le lien habituellement en place entre le bornier de neutre et le boîtier (vis de laiton ou cavalier de jonction).

Figure 2.
Figure 2: MALT conforme au coffret de branchement, mais neutre lié à la CDM en aval

Dans ce cas, le circuit de CDM devient également un chemin parallèle pour les courants de neutre ou de retour de courant, selon le cas. Une telle situation peut être problématique, car un courant circule alors de façon continue dans le circuit de CDM sans qu’aucune protection n’opère. Ceci est tout à fait contraire au rôle de ce circuit. Dans le même ordre d’idées, la figure 3 nous montre la situation où l’on a effectué la MALT au panneau de dérivation du logement plutôt que directement au coffret de branchement.

Figure 3.
Figure 3: MALT au panneau en aval plutôt qu’au coffret de branchement

On peut voir ici que l’aspect problématique est tout aussi inquiétant, puisqu’il y a encore des courants de neutre ou de défauts à travers le circuit de CDM, de façon parallèle. On se retrouve encore dans une situation délicate, de même nature que celle discutée plus haut, sans oublier que le temps n’améliorera pas les choses dans un tel cas puisque la CDM peut porter encore plus de courant si le circuit de neutre devient plus résistif.

Enfin, la figure 4 présente le cas où le panneau de dérivation à l’intérieur est également mis à la terre par un conducteur de MALT qui va rejoindre, lui aussi, la prise de terre.

Figure 4.
Figure 4: MALT au coffret de branchement ainsi qu’au panneau de distribution

Ici, c’est maintenant à travers le conducteur de MALT que les courants de défaut, et surtout de neutre, peuvent circuler, et ce, en parallèle avec les circuits de neutre et de CDM.

Conclusion

Par conséquent, il est impératif d’effectuer une MALT au coffret de branchement, et non pas en aval de ce point. Sans compter les problèmes de génération d’harmoniques et la présence de champs magnétiques, on peut éventuellement se trouver dans des situations précaires si on n’identifie pas correctement où est le coffret de branchement, ou si l’on effectue une MALT en aval de ce dernier. Il faut donc porter une attention particulière à l’embase de compteur qui possède un disjoncteur combiné, puisque contrairement à une embase de compteur traditionnelle, cette dernière devient effectivement le coffret de branchement de l’installation.

Espérons que ces précisions aideront à sensibiliser tous les intervenants qui travaillent avec de telles embases pour compteur avec disjoncteur combiné. Cela contribuera certainement à réduire le nombre d’installations non conformes que l’on découvre lors d’inspections.


Texte de la RBQ publié dans la revue Électricité Québec (CMEQ), édition de septembre 2012

Portail du gouvernement du Québec (ce site est externe au site de la RBQ).Ce lien quitte le site de la Régie du bâtiment du Québec
© Gouvernement du Québec 2017Ce lien quitte le site de la Régie du bâtiment du Québec