Régie du bâtiment du Québec.

Vous êtes ici :

  • Accueil
  • Courant nominal des dispositifs de protection contre les surintensités (Articles 14-104 et tableau 13)

Électricité

Courant nominal des dispositifs de protection contre les surintensités (Articles 14-104 et tableau 13)

Article: 14-104 et tableau 13 du chapitre V, Électricité, du Code de construction du Québec

Sujet: De façon générale, le courant nominal des dispositifs de protection contre les surintensités ne doit pas être plus élevé que la valeur du courant admissible des conducteurs qu’ils protègent. Cependant, il existe certains assouplissements prévus au Code.

Objectif: Apporter des précisions sur l’interprétation des assouplissements prévus au Code concernant la protection requise pour un courant admissible de moins de 600 A.

Intervenants concernés: Concepteurs, installateurs et formateurs en électricité

Date de publication: Octobre 2013

Comme principe de base, le chapitre V, Électricité, du Code de construction du Québec (Code) requiert que le courant nominal des dispositifs de protection contre les surintensités (disjoncteurs ou fusibles), que nous nommons ici «protection», ne soit pas plus élevé que la valeur du courant admissible des conducteurs qu’ils protègent. Ce principe est énoncé à l’article 14-104 du Code. Cependant, le Code prévoit certains assouplissements que nous tentons d’éclaircir plus bas puisqu’il semble y avoir divergence d’interprétation chez plusieurs utilisateurs.

Interprétation partielle

Pour ne pas alourdir le texte, nous omettons volontairement de parler des autres articles du Code, notamment des articles 8-104 et 8-106, même s’ils peuvent avoir des répercussions sur le contenu de cette chronique. Nous nous attardons uniquement sur l’interprétation de l’article 14-104 et du tableau 13. Quant à une interprétation plus globale des exigences du Code, une chronique est éventuellement prévue pour discuter de l’interprétation des articles mentionnés précédemment.

Réglage

Puisque la technologie le permet maintenant, on peut s’attendre dans un avenir rapproché à retrouver sur le marché des protections (disjoncteurs) avec éléments de déclenchement d’ouverture ajustables à un seuil précis, autant pour de faibles valeurs que pour celles au-delà de 200 A ou 400 A, qui offrent déjà cette possibilité actuellement. Toutefois, la plupart des fabricants n’offrent pas encore de protections ajustables qui ont un seuil de déclenchement inférieur à 200 A. C’est ce qui explique les valeurs de courant nominal normalisées dont on discute à l’article 14-104 du Code et que l’on retrouve également au tableau 13.

Rappelons que la protection est d’abord installée pour protéger le circuit d’alimentation plutôt que la charge. On voit souvent une charge de quelques watts être alimentée par un circuit capable de fournir plusieurs kilowatts.

La grosseur du conducteur

Dès la conception, il faut d’abord déterminer la valeur du courant admissible nécessaire du circuit requis pour alimenter adéquatement la charge. Bien sûr, s’il s’agit de conducteurs en parallèle, ils doivent seulement être vus comme un seul conducteur de grosseur et courant admissible équivalent à leur somme.

Assouplissement pour courant admissible de moins de 600 A

L’article 14-104 a) assouplit la règle générale et prévoit la possibilité d’avoir une protection supérieure à la valeur de courant admissible des conducteurs du circuit. Il permet, en effet, de sélectionner la valeur de la protection, normalisée au tableau 13, supérieure à celle juste inférieure au courant admissible des conducteurs du circuit. Autrement dit, si la valeur du courant admissible des conducteurs du circuit ne correspond pas exactement à une valeur normalisée de protection, on peut sélectionner la protection qui a une valeur normalisée suivante dans le tableau 13. Par contre, dès que la valeur du courant admissible des conducteurs du circuit dépasse les 600 A, il n’est plus permis d’utiliser cet assouplissement.

Par exemple, dans le cas d’une installation en parallèle (plus d’un conducteur par phase), si la somme des courants admissibles de tous les conducteurs dépasse 600 A, on ne pourra pas justifier l’utilisation d’un tel assouplissement sous prétexte que le courant admissible de chaque conducteur du circuit en parallèle est inférieur à cette valeur. La note à l’appendice B sur l’article 14-104 est d’ailleurs très claire à ce sujet.

Précision quant à l’utilisation du tableau 13

Comme le précise bien la note à l’appendice B sur l’article 14-104, le tableau 13 peut être utilisé seulement si la protection sélectionnée ne correspond pas à une valeur normalisée. Bref, le tableau 13 doit être utilisé de gauche à droite, c'est-à-dire qu'on détermine, à partir de la charge du circuit, la grosseur du conducteur dont on a besoin et sa protection associée, et si cette dernière valeur n'est pas disponible comme protection, on consulte alors le tableau 13 pour connaître la limite supérieure du courant nominal ou du réglage de la protection qu'on peut installer.

Le tableau 13 n'a pas été conçu pour être utilisé de droite à gauche. Autrement dit, on ne peut pas déterminer la grosseur du conducteur à partir de la protection sélectionnée. Il est faux de croire qu’un conducteur de courant admissible inférieur à la valeur indiquée d’une colonne de droite du tableau 13 nous donne le droit de choisir un conducteur d’un courant admissible dans la plage de valeurs de la colonne de gauche correspondante dans le tableau 13. C’est pourtant ce que certains semblent croire.

Cas particulier - Fusible d’au-delà de 600 A

Prenons le cas où on désire utiliser un fusible de 700 A pour un conducteur de courant admissible de 650 A. Dans une telle situation, il faudra grossir le conducteur (ou les conducteurs s’ils sont en parallèle) afin d’obtenir un courant admissible de 700 A comme c’est le cas pour la protection. En effet, tel que nous l’avons précisé précédemment, le tableau 13 ne peut pas être utilisé, puisque la valeur du courant admissible des conducteurs du circuit excède 600 A, et ce n’est pas parce que l’on ne trouve pas un fusible de 650 A qu’on ne doit pas respecter les exigences du Code.

Si on ne veut pas grossir le conducteur, il faudra utiliser un disjoncteur qui pourra certainement être réglé à la valeur maximale de 650 A. Si on désire absolument utiliser un fusible, alors il sera obligatoire de grossir le conducteur.

Exemples

Nous nous servons des 3 exemples qui suivent pour aider à la compréhension de ce qui est expliqué plus haut.

Exemple 1: courant admissible de 405 A

Dans le cas de conducteurs de courant admissible de 405 A, il est permis de les protéger à l’aide d’une protection de 450 A, même si on recommande plutôt d’utiliser une protection de 400 A ou de grossir le conducteur dans une telle situation. En effet, puisque le courant admissible du circuit est inférieur à 600 A, les données du tableau 13 permettent d’installer une protection de 450 A, et ce, même si certains fabricants offrent des protections ajustables qui pourraient avoir un seuil réglé à 405 A ou juste au-dessus.

Exemple 2: courant admissible de 700 A

Si on utilise des conducteurs de courant admissible de 700 A, la protection associée ne pourra pas dépasser cette valeur, car on ne peut pas utiliser l’assouplissement menant au tableau 13 dans ce cas, puisque la valeur du courant admissible des conducteurs du circuit dépasse le seuil de 600 A.

Exemple 3: conducteurs en parallèle

Un circuit possède deux conducteurs en parallèle ayant chacun un courant admissible de 330 A. Puisque la somme des courants admissibles donne une valeur totale de plus de 600 A pour le circuit, nous sommes encore dans la même situation qu’à l’exemple 2. La conclusion est que la protection ne doit pas dépasser 660 A pour un tel circuit, car on ne peut pas utiliser le tableau 13.

Autres assouplissements

Les autres assouplissements permis par le Code à l’article 14-104 touchent d’autres cas spécifiques que l’on retrouve à ses alinéas b) et c). Par exemple, certaines sections du Code, notamment la section 28 ou même la section 62, permettent de protéger un conducteur ayant un courant admissible plus petit que la protection, et ce, même si la valeur de ce courant admissible est supérieure à 600 A. Tel que mentionné à la rubrique Interprétation partielle, en ne considérant que cet article, on devine que c’est uniquement dans de telles situations que l’on peut voir un circuit avec courant admissible dépassant les 600 A ayant une protection supérieure au courant admissible des conducteurs du circuit.

Portail du gouvernement du Québec (ce site est externe au site de la RBQ).Ce lien quitte le site de la Régie du bâtiment du Québec
© Gouvernement du Québec 2017Ce lien quitte le site de la Régie du bâtiment du Québec