Appareils de chauffage

Accidents occasionnés par le monoxyde de carbone

Pour vous aider à prévenir les situations à risques, la Régie du bâtiment du Québec (RBQ) vous présente la description de six accidents tragiques occasionnés par le monoxyde de carbone (CO).

Tous impliquaient la présence de gaz et tous auraient pu être évités. Des risques semblables existent également pour les installations utilisant d'autres types de combustible.

Premier cas

Bilan : deux personnes décédées.
Type d'immeuble : bâtiment résidentiel.
Type de chauffage : chaudière à gaz munie d’un échangeur de chaleur à tubes à ailettes.

Causes de l’accident

Voici les principales causes de l’accident :

  1. L'installateur a omis de mentionner à son client l'importance de faire inspecter son appareil selon le calendrier déterminé par le fabricant.
    Pourtant, il est essentiel que ce type de chaudière soit inspecté régulièrement, normalement une fois par année et au début de la saison de chauffage, et que l'échangeur de chaleur soit nettoyé au besoin.
  2. Le préposé au service qui a constaté le déclenchement de l'interrupteur de débordement de la flamme a remis l'appareil en marche sans nettoyer l'échangeur de chaleur parce que celui-ci ne lui paraissait pas assez obstrué. Pourtant, ce dispositif de sécurité ajustement pour fonction de détecter l'obstruction de l'échangeur.
  3. La chaudière a été installée sans ouverture d'approvisionnement d'air venant de l'extérieur.
  4. L'air de combustion provenait d'une partie du bâtiment où se trouvait un ventilateur d'extraction. La situation a favorisé le refoulement, dans le bâtiment, des produits de combustion.

Cet accident aurait pu être évité si :

  • l'installateur avait suivi les exigences du Code de
    construction
    (chapitre Gaz)
  • le préposé à l'entretien avait pris au sérieux le
    déclenchement du système de sécurité
  • l'installateur avait informé adéquatement son client de
  • l'importance de faire inspecter son appareil par un entrepreneur licencié et de suivre les exigences du calendrier d’entretien du fabricant (normalement une fois par année et au début de la saison de chauffage).

Deuxième cas

Bilan : deux personnes décédées.
Type d'immeuble : bâtiment résidentiel unifamilial.
Type de chauffage : serpentin de refroidissement installé en amont d'une fournaise.

Causes de l’accident

Voici les principales causes de l’accident :

  1. En saison de climatisation, l'air refroidi passait par l'échangeur de la fournaise, faisant condenser l'humidité de l'autre côté des parois de l'échangeur et provoquant la corrosion de celui-ci.
    Avec le temps, la corrosion a généré des croûtes de rouille qui se sont détachées et sont tombées sur le brûleur de la fournaise, provoquant une combustion incomplète, et générant du CO comme produit de combustion.
  2. L'enceinte où était installé le système de chauffage était relativement étanche.
  3. Dans cette enceinte, il n'y avait pas d'ouverture d'approvisionnement d'air venant de l'extérieur pour la fournaise.
  4. Le retour d'air de chauffage se faisait par la gaine de retour principale du système situé dans l'enceinte. Quand il fonctionnait, le ventilateur de circulation d'air créait une dépression dans l'enceinte puisque celle-ci était étanche.
    Étant donné qu'il n'y avait pas d'ouverture pour que l'air venant de l'extérieur y pénètre, la compensation de l'air s'est faite par le système d'évacuation, ce qui a provoqué un refoulement des produits de combustion, y compris le CO, et celui-ci s'est distribué dans la résidence par les gaines d'air chaud.

Cet accident aurait pu être évité si :

  • l'installateur avait informé adéquatement son client de l'importance de faire inspecter son appareil par un entrepreneur licencié et de l’importance aussi de suivre les exigences du calendrier d’entretien du fabricant (normalement une fois par année et au début de la saison de chauffage)
  • l'approvisionnement d'air venant de l'extérieur avait été assuré, permettant ainsi le bon fonctionnement de l'appareil et du système d'évacuation des produits de combustion
  • une attention particulière avait été portée aux dépressions dans l'enceinte où était installé le système de chauffage
  • le serpentin de refroidissement avait été placé en aval de l'échangeur de chaleur de la fournaise afin d’éviter que se crée une condensation d'air sur les parois de l'échangeur (ceci est valable sauf lorsque le serpentin est conçu pour être installé en amont de l’échangeur).

Haut de page

Troisième cas

Bilan : une personne décédée.
Type d'immeuble : résidence pour personnes âgées.
Appareils en cause : chaudière et chauffeeau à gaz.

Causes de l’accident

Voici les principales causes de l’accident :

  1. Une pression négative s'est établie dans la résidence. Elle a pu être favorisée par la présence de plusieurs appareils d'évacuation et d'extraction d'air, soit des ventilateurs, des sécheuses et une hotte. Cette situation a causé un refoulement des produits de combustion, parmi lesquels du CO.
  2. Dans la chaufferie, il n'y avait pas d'ouverture d'approvisionnement d'air venant de l'extérieur. Ainsi, une combustion adéquate n'a pu être assurée et une pression atmosphérique neutre n'a pu être conservée.
  3. Le bouchon de ramonage situé à la base de la cheminée s'est ouvert accidentellement à cause de la corrosion des boulons de retenue. Cette ouverture a contribué à l'inversion de l’évacuation, soit de l'extérieur vers l'intérieur.
  4. Sur le raccord d'évacuation du chauffe-eau, il n'y avait pas de dispositif d'évacuation mécanique. À cause de cette absence, le renversement de la circulation des produits de combustion n'a pu être évité. Pourtant, les instructions du fabricant exigeaient un tel dispositif pour ce genre d'installation.

Cet accident aurait pu être évité si :

  • l'approvisionnement d'air venant de l'extérieur avait été assuré, permettant ainsi le bon fonctionnement de l'appareil et du système d'évacuation des produits de combustion
  • une attention particulière avait été portée aux conditions de dépression potentielle qui pouvaient régner dans la résidence
    l'installateur avait suivi les instructions d'installation du fabricant du chauffe-eau.

Haut de page

Quatrième cas

Bilan : six personnes sévèrement intoxiquées.
Type d'immeuble : bâtiment résidentiel.
Type de chauffage : chaudière à gaz munie d'un échangeur de
chaleur à tubes à ailettes.

Causes de l’accident

Voici les principales causes de l’accident :

  1. La chaudière a été installée sans ouverture pour l'approvisionnement d'air venant de l'extérieur.
  2. La cheminée préfabriquée a été placée directement le long du mur extérieur, sans isolation contre le froid.

Cet accident aurait pu être évité si :

  • en ce qui concerne l'approvisionnement de l'appareil en air venant de l'extérieur, l'installateur avait suivi les exigences du Code de construction (chapitre Gaz)
  • l’installateur avait respecté les instructions d'installation de la cheminée.

Cinquième cas

Bilan : quatre personnes sérieusement intoxiquées.
Type d'immeuble : bâtiment résidentiel.
Type de chauffage : générateur d'air chaud à haute efficacité.

Causes de l’accident

Voici les principales causes de l’accident :

  1. Le conduit horizontal d'évacuation du générateur n'a pas été installé avec une pente constante allant vers l'appareil. Il présentait une contre-pente menant à un point bas où l'eau de condensation s'est accumulée et a obstrué le passage des produits de combustion.
  2. L'interrupteur manométrique qui assure le bon fonctionnement de l'évacuateur mécanique des produits de combustion a été manipulé de telle sorte qu'il est devenu inopérant.
  3. Les tubes de référence raccordés à l'interrupteur manométrique ont été inversés, après l'installation, par une personne non identifiée.

Cet accident aurait pu être évité si :

  • l'installateur avait suivi les exigences du Code de construction (chapitre Gaz)
  • l’installateur avait respecté les instructions d'installation de l'appareil
  • le système de sécurité n'avait pas été rendu inopérant.

Haut de page

Sixième cas

Bilan : Deux personnes gravement intoxiquées.
Type d'immeuble : bâtiment résidentiel.
Type de chauffage : générateur d'air chaud à haute
efficacité.

Causes de l’accident

Voici les principales causes de l’accident :

  1. Le générateur a été installé sans ouverture d'approvisionnement d'air venant de l'extérieur.
  2. La longueur du conduit horizontal d'évacuation était supérieure à la longueur maximale permise par le manufacturier.
  3. L'absence d'ouverture pour l'approvisionnement d'air venant de l'extérieur et la longueur excessive du conduit d'évacuation ont fait en sorte que les produits de combustion refoulaient au brûleur.
  4. L'interrupteur de débordement de la flamme n'était pas fixé à son emplacement original, près du brûleur.
  5. L'interrupteur de débordement de la flamme n'a pas détecté le débordement, parce qu'il était trop éloigné du brûleur.

Cet accident aurait pu être évité si :

  • en ce qui concerne l'approvisionnement de l'appareil en air venant de l'extérieur, l'installateur avait suivi les exigences du Code de construction (chapitre Gaz)
  • l’installateur avait respecté les instructions d'installation de l'appareil
  • l'appareil n'avait pas été modifié en ce qui concerne l'interrupteur de débordement de la flamme.

Haut de page

Approvisionnement d'air venant de l'extérieur

L’absence d’approvisionnement d’air venant de l’extérieur est donc en cause dans plusieurs accidents. Il est toujours prudent de prévoir une ouverture pour l'approvisionnement lorsqu'un appareil à tirage naturel prend son air de combustion dans une enceinte où se trouve un ventilateur d'extraction.

Dans un tel cas, les exigences de l'article 8.6 du Code d'installation du gaz naturel et du propane (CAN/CSA-B149.1) s'appliquent.

Pourquoi prévoir une ouverture pour l'approvisionnement d'air?

Il suffit que l'échangeur de chaleur s'encrasse pour que la température des produits de combustion baisse. Le tirage de la cheminée peut alors diminuer à un point tel qu'il ne pourra plus combattre la dépression causée par le ventilateur. C'est alors que se produit une inversion du tirage qui peut devenir mortelle.

Lorsque l'apport d'air venant de l'extérieur est insuffisant, ce phénomène peut se produire avant même que l'interrupteur de débordement de la flamme se déclenche.

Haut de page

Donnez-nous vos commentaires...

Le champ précédé d'un astérisque ( * ) doit être rempli.
*Les informations présentées dans cette page sont :