Régie du bâtiment du Québec.

Sélectionner un domaine

Vous êtes ici :

  • Accueil
  • Installation d’un ventilateur récupérateur de chaleur jumelé à un système de chauffage à air pulsé (partie 1 de 2)

Bâtiment

Installation d’un ventilateur récupérateur de chaleur jumelé à un système de chauffage à air pulsé (partie 1 de 2)

L’information contenue dans cette fiche d'information s’applique au ventilateur récupérateur de chaleur (VRC) relié à un système de chauffage à air pulsé dans une installation de ventilation mécanique autonome desservant un seul logement.

Cette fiche a été réalisée par la Corporation des maîtres mécaniciens en tuyauterie du Québec (CMMTQ) en collaboration avec la RBQ. Elle a été publiée en mai 2012 dans les fiches Bonnes pratiques de la CMMTQ.

Installation du VRC

Voici les principaux éléments à considérer lors de l’installation d’un VRC:

  • les directives du fabricant;
  • l’emplacement;
  • l’accessibilité;
  • la condensation;
  • le bruit et la vibration;
  • la prise d’air extérieur et la bouche d’extraction.

Figure 1: Exemple d’installation d’un VRC

Figure 1: Exemple d’installation d’un VRC.

Le VRC doit être installé conformément aux directives du fabricant. Les recommandations qui suivent compléteront au besoin l’information déjà fournie par le fabricant. Dans tous les cas, les exigences du Code de construction du Québec, chapitre I – Bâtiment, et de l’ensemble des normes en vigueur doivent être considérées comme des normes minimales à respecter.

Le VRC doit être installé dans un endroit chauffé afin de minimiser la condensation et d'empêcher le gel du condensat dans l'évacuation. Toutefois, il ne devrait jamais être installé dans un garage, même chauffé. Cela risquerait de permettre l’introduction de contaminants dans le logement. L’emplacement idéal pour un VRC est plutôt au sous-sol ou dans un local technique. Il faut aussi prévoir une source d’alimentation électrique à proximité de l’appareil afin de pouvoir le brancher.

Le VRC doit rester accessible à des fins d’utilisation, d’inspection, d’entretien, de réparation et de nettoyage. Il faut aussi prévoir un espace suffisant pour qu’il soit facile de changer les filtres.

Le VRC doit être installé de manière à assurer l’évacuation de l’eau de condensation. L’évacuation de l’eau de condensation se fait généralement par un tuyau d’évacuation flexible de 1/2 po de diamètre nominal. Une boucle doit être formée à même le tuyau de manière à obtenir un siphon qui évitera toute remontée d’odeur dans le VRC. Le tuyau assurant l’évacuation de l’eau de condensation doit être raccordé indirectement au réseau d’évacuation, conformément au Code de construction du Québec, chapitre III – Plomberie. Si l’eau de condensation ne peut pas être acheminée au réseau d’évacuation par gravité, il faut utiliser une pompe à condensat.

Le VRC doit être installé de manière à réduire la transmission du bruit et des vibrations aux espaces occupés. La méthode courante consiste à suspendre l’appareil au moyen de supports souples, généralement des sangles, fixés à la structure de l’habitation.

Il est aussi recommandé d’utiliser de courtes sections de conduit flexible pour raccorder le VRC aux conduits de ventilation rigides. Cela permet de réduire la transmission des vibrations de l’appareil aux conduits. Dans tous les cas, il vaut mieux installer le VRC le plus loin possible des lieux de repos comme les chambres à coucher et la salle de séjour.

Les conduits d’alimentation et d’évacuation du côté froid du VRC doivent être isolés avec des matériaux ayant une résistance thermique RSI d’au moins 0,7 (R d’au moins 4), selon la norme Novoclimat, [chap. I: RSI 0,5], afin d’éviter la formation de condensation. C’est pourquoi il est recommandé d’utiliser des conduits flexibles préisolés. Toutefois, comme ce type de conduit impose une grande résistance à l’air, le VRC doit être installé à proximité de sa prise d’air extérieur et de sa bouche d’extraction afin d’en limiter la longueur. Pour minimiser la résistance à l’air, les conduits flexibles doivent être bien tendus et bien soutenus. Quant aux conduits de distribution et de reprise, du côté chaud du VRC, il est préférable qu’ils soient en tôle galvanisée.

La prise d’air extérieur du VRC doit être située là où il y a le moins de risques d’aspirer des contaminants dans le logement. Il est donc recommandé de l’installer à une distance d’au moins 1830 mm (72 po), selon la norme Novoclimat, [chap. I: 900 mm] de la bouche d’extraction du VRC et de toute autre bouche d’extraction ou source de contaminants. La prise d’air extérieur et la bouche d’extraction du VRC doivent être soumises à une égale pression de vent, donc sur une même façade, et situées à une hauteur d’au moins 457 mm (18 po), selon la norme Novoclimat, [chap I: 100 mm pour l'extraction] au-dessus du sol ou de toute surface horizontale pour éviter toute obstruction par la neige. Elles doivent aussi être protégées par une grille antivermine et par un dispositif qui empêche l’infiltration d’eau de pluie. La grille contre la vermine doit être résistante à la corrosion et ne pas restreindre le débit d’air. Finalement, la prise d’air doit être clairement identifiée comme telle de manière à pouvoir être repérée facilement à l’extérieur.

Figure 2: Prise d’air extérieur et bouche d’extraction

Figure 2: Prise d’air extérieur et bouche d’extraction.

Portail du gouvernement du Québec (ce site est externe au site de la RBQ).Ce lien quitte le site de la Régie du bâtiment du Québec
© Gouvernement du Québec 2014Ce lien quitte le site de la Régie du bâtiment du Québec